Mon panier
Aucun article

Comment calmer les envies de sucré en fin de repas

mardi 04 décembre 2018
Comment freiner les envies de sucre

L’envie de sucre après le repas, c’est une habitude que nous sommes nombreux (ses) à avoir adopté et c’est difficile d’y résister, sans frustration ni le manque qui suit.

Notre cerveau a de grands besoins en glucose, et les glucides (mais pas les sucres rapides) sont les carburants principaux de notre organisme mais le sucre n’est pas un besoin physiologique. Ces « mauvais » glucides sont le pain blanc (baguette, pain de mie, viennoiseries), le riz blanc, les pâtes blanches, les friandises ou encore les desserts après les repas, ces fameux IG haut dont on vous parle régulièrement !

 

Les sucres naturels, contenus les fruits, sont un bon carburant. Par contre, le sucre raffiné des sucreries et plats industriels entrainent une forte sécrétion d’insuline qui engendre l’hypoglycémie réactionnelle (coup de barre) et à des conséquences à long terme tel que obésité, diabète de type 2, l’hypertension artérielle…

 

Le dessert après le repas alourdi et ralenti la digestion avec comme résultat des désagréments digestifs variés type ballonnements, flatulences et fatigue.

 

D’où vient notre envie de sucre ? 

  • un repas riche en glucides ou en sucres raffinés mangé trop vite ou dans le bruit, en faisant autre chose. Vous ne ressentez pas votre satiété et l’envie de sucre persiste jusqu’au « trop plein ». En effet il faut au moins 20 minutes au cerveau pour comprendre que l’on n’a plus faim, d’où la nécessité de manger doucement en mastiquant bien chaque bouchée.
  • un repas trop salé qui peut inciter de sucrer le palais  
  • une déshydratation qui nous fait ressentir une grande sensation de fatigue et donc une attirance vers le sucré pour nous booster. Car le sucre est le carburant numéro un pour avoir de l’énergie. Pensez à boire au moins 1,5 litres d’eau par jour, plutôt  entre les repas pour ne pas perturber la digestion..
  • un besoin de stimulant car fatigué: quand on est fatigués, un stimulant « coup de fouet » comme le sucre rapide, le café, thé, chocolat noir va nous stimuler. Une alimentation plus saine (qui demande donc moins d’énergie pour être digérée), de l’activité physique ou un sommeil respecté serait l’idéal.
  • le manque de sport : notre corps a besoin de bouger pour bien fonctionner.  Et l’envie de sucre est souvent associée à une faible activité physique.  L’activité physique déclenche en effet la sécrétion d’hormones de bien-être, comme le fait le sucre.
  • un système de récompense hyper-activé : manger du sucre déclenche une sécrétion d’hormones du bien-être…et petit à petit le cerveau en réclame de plus en plus souvent. Pour déshabituer le corps et vous libérer de ces envies irrépressibles, une pause de sucreries s’impose.
  • une consommation de sucres naturels trop faible, or ces sucres naturels pourraient aider à combler le besoin du corps en sucre et diminuer l’envie de sucre après le repas. Essayer de manger un fruit un quart d’heure avant le repas.
  • une habitude familiale ancréeComme nombre d'entre nous, depuis l’enfance vos repas finissent toujours par un dessert : le cerveau a pris l’habitude de ce réflexe sucré…
  •  le stress: l’envie de sucre peut en effet être émotionnel, pour combler stress, colère, tristesse, frustration et tenter d’apaiser ces émotions. Sur le coup, cela nous apaise mais ensuite cela nous met en colère et nous culpabilise.

 

Comment réguler cette habitude de dessert ?

Plutôt que supprimer, il faut bien choisir son dessert ou juste être plus raisonnable sur la quantité, pour ne pas créer de frustration, ou une sensation de vide et de manque !

Juste un café, une tisane digestive: la menthe, le fenouil, la cardamome, l’anis, le cumin… ou des desserts plus sains:

  • les desserts crus à base d’oléagineux et de fruits secs
  • un ou deux petit(s) carré(s) de chocolat noir à  70% de cacao minimum
  • une compote de fruit sans sucres ajoutés ou un fruit à IG bas (Clémentine, Mandarine, Orange, pamplemousse, pêche, pomme, prune)
  • un ou deux fruits secs comme la datte, la figue, l’abricot sec, qui perturbent souvent moins la digestion que les fruits frais
  • un yaourt de chèvre ou de brebis ou de vache

 

 

Même si manger du sucre en fin de repas reste moins néfaste que de façon isolée, entre les repas, on peut tenter de lutter contre ce dessert systématique d’après repas. On garde ce plaisir de temps en temps, en choisissant quelque chose que l’on aime vraiment, et qui nous procure du vrai plaisir. On évite les produits industriels faits de « calories vides », et on privilégie la qualité avant la quantité. Cela apporte beaucoup plus de plaisir que d’accumuler des petites sucreries quotidiennement par habitude…

 

Et pour vous aider, le FIT espresso contient un extrait breveté de safran qui freine les grignotages et envies de compulsions sucrées.

 

 

 

Retrouvez d'autres informations ici:

une semaine de menus IG bas

pourquoi avons nous envie de sucre

ré équilibrer sa consommation de sucre 

aliments qui appaisent les envies de sucre

Nous vous recommandons